Alfred Sabatier était pupille de la nation. Il avait 8 ans quand son père Charles Bertin Baptiste Sabatier (28.09.1874 /14.10.1915), Croix de Guerre avec une étoile de bronze, Médaille Militaire, est « Mort pour la France » à Ingolstadt (Bavière), à 41 ans. 

Charles Sabatier est enterré au cimetière militaire de Sarrebourg (Moselle).

L’épouse d’Alfred, Marthe Julia Darmet (26.10.1908 / 25.03.2007), fut elle-même une Résistante : croix du Combattant, croix du Combattant Volontaire de la Résistance, Croix de Guerre, Médaille de la France Libérée.

Après la mort d'Alfred, Marthe n'a jamais voulu se remarier, elle a élevé seule leur fille.
Elle repose depuis 2007 au 

cimetière de la Croix-Rousse, à Lyon aux côtés d'Alfred (dont la dépouille a été rapatriée fin 1948).

Marcel Camaré (19.03.1922 / 28.12.1944), né du second mariage de la mère d'Alfred, avait choisi l'armée de l'air. Affecté au sein du Groupe de chasse 55, il est Mort pour la France à l'âge de 22 ans.

A partir de 1942, il avait été affecté sur la base aérienne d'Oran la Sénia en Algérie.

La photo où il est en civil a été prise le 26 décembre 1944, deux jours avant sa disparition.

Son père, Elie Camaré, était chevalier de la Légion d'Honneur.

L'époux de la fille d'Alfred Sabatier, Jean Edgard Pierre Mottura (08.08.1929 / 11.10.2003) fut lui-même un très jeune Résistant lyonnais avant d'intégrer l'arme blindée cavalerie jusqu'en 1967. Chevalier de la Légion d’Honneur, Croix de guerre T.O.E. avec 1 étoile d'argent, Croix de la Valeur Militaire 1étoile de Vermeil et 2 étoiles de bronze, Médaille OSMD (AFN), Médaille coloniale avec agrafe "E.O", Médaille commémorative 39/45 avec barrette "engagé volontaire".

CONTACT

© 2020 Mottura